Retour sur la semaine de l’urgence climatique 2019

          La création de l’association UrgENScliMA en 2019 a permis de regrouper les étudiants autour d’un premier projet commun : l’organisation d’une semaine de sensibilisation autour du réchauffement climatique. Celle-ci s’est déroulée entre le 14 et 18 octobre 2019 sur les campus de l’ENSMA et de l’école d’ingénieur de Poitiers, l’ENSIP. Organisée par des étudiants et professeurs de ces deux écoles, son but était d’informer et d’interpeller les étudiants, le personnel de ces écoles, et toutes les personnes extérieures intéressées par ce sujet.

Pour cela diverses animations furent proposées : 

          La semaine débuta par la conférence de François-Marie Bréon, chercheur en climatologie et directeur adjoint du laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE). Il nous présenta dans un premier temps l’état actuel du réchauffement climatique, appuyant sur la nécessité d’agir rapidement, avant d’exposer des mesures permettant de réduire nos émissions de gaz à effet de serre comme la sauvegarde de l’énergie nucléaire, qui émet peu de CO2. S’en suivit un temps de questions-réponses avec les participants de la conférence qui était ouverte à tous les publics. La première soirée se conclut avec un repas organisé par l’association Disco Soupe à l’ENSIP. Cette association récupère les invendus alimentaires du secteur et propose un atelier de cuisine participatif où chacun met la main à la pâte afin de préparer un buffet dégusté et apprécié dès la dernière carotte épluchée.

          Deux autres conférences eurent lieu durant cette semaine, la suivante se tint au sein de l’ENSIP avec l’intervention de Vincent Liegey, ingénieur, chercheur et coordinateur de Cargonomia, Centre de recherche et d’expérimentation sur la décroissance en Hongrie. Après avoir animé un atelier participatif sur le rôle de l’ingénieur dans le contexte actuel de crise climatique, il présenta son parcours et la démarche décroissante, essentielle pour la lutte contre le changement climatique et l’émergence d’une société plus juste et résiliente. 

          Toujours dans le thème de la décroissance, cette deuxième journée marqua également le début d’un projet de construction d’un four solaire avec Eclowtech, une entreprise pictavienne qui propose des produits « low-tech » autour de l’énergie solaire, comme des douches solaires par exemple. La philosophie « low-tech » (par opposition à la high-tech) propose des systèmes utiles, durables et accessibles. Ainsi pas d’options et gadgets superflus, on se concentre sur l’essentiel : créer quelque chose de robuste, économe, respectueux de l’environnement et réalisable par soi-même. A la fin de la semaine, un four fonctionnant grâce aux rayons du soleil fut ainsi construit.

          Le mercredi la conférence qui se déroula à l’ENSMA fut présentée par Laurent Castaignède autour de l’aviation et des transports. Ingénieur ayant travaillé dans l’industrie automobile, il est l’auteur d’un livre (Airvore ou la face obscure des transports) sur l’impact des transports dans les émissions de gaz à effet de serre. Il appuya sur la nécessité d’encadrer et de limiter la production automobile et aéronautique, car même si les nouveaux avions et voitures sont plus économes et moins polluants, l’augmentation du nombre de véhicules ne compense pas les avancées technologiques (on parle d’effet rebond) ainsi toujours plus de gaz à effets de serre sont émis.

          En plus de ces conférences qui réunirent de nombreux étudiants des deux écoles, d’autres activités étaient proposées le long des journées, comme un atelier « Do It Yourself » montrant la réalisation de sa propre lessive ou son propre dentifrice, ou un atelier cuisine nous apprenant à utiliser nos restes et nos fonds de garde-manger de manière originale, des projections de documentaires et une table ronde animée par des membres du REFEDD (REseau Français Etudiant pour le Développement Durable, un réseau d’associations étudiantes pour créer des campus durables) et du Manifeste étudiant pour un réveil écologique (auteurs d’un manifeste signé par plusieurs milliers d’étudiants , dont de nombreux Ensmatiques, indiquant la volonté des étudiants de tous bords pour avoir une formation et de travailler dans une entreprise en accord avec leurs valeurs.)

          La semaine se termina samedi matin après la finalisation du four solaire et un atelier ludique : la Fresque du Climat. Munis de cartes informatives, les participants par petits groupes de 5 ont eu pour mission de placer sur une fresque les différents éléments liant les causes et les effets du changement climatique. Animée par d’anciens élèves de l’ENSMA, cette Fresque est l’occasion de connaître et assimiler les différents mécanismes de manière ludique en manipulant des données du GIEC (Groupe d’expertise et de conseil intergouvernemental sur l’évolution du climat).

Devant le succès de la semaine, les étudiants organisateurs rejoints par les nouveaux étudiants engagés ont reconduit la semaine de l’urgence climatique qui se tiendra en novembre 2020

Retrouvez l’actualité d’UrgENScliMA sur la page Facebook


Catégories :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *